Mots-clefs

, , , , ,

           Ô grand amour, la béatitude, et la lourde légèreté

Dis-moi donc ; Pourquoi tu nous fis souffrir

Lorsque je te découvris la première fois

La béatitude fut présente.

           Et nous étions heureux, malheureux, tant de souffrance

Mais la béatitude nous aida à vivre

Surmonter ce que nous empêcha à vivre

Par ta grâce nous puissions le faire.

          Malgré cela, tout étant à son gré

La cruauté s’installa donc, par la jalousie

En étant des amoureux, des malheureux

Quelle ironie, séparés par ce qui nous eut réunis.

         Puis la violence, harcèlement moral et afin qu’il le dépassa

Il n’y eut aucune méchanceté de sa part

Que de désespoir, qui le poussa à la violence

La colère nous frappa fort.

         Écartez-nous, car il me semble que tu m’aies quittée

Dis-moi donc ; Où es-tu passé ?

L’abandon de notre relation fut douloureux

Mais j’y ressens ta présence.

          Ô grand amour, par ta grâce, en es-tu de retour ?

J’en espère comme une petite fille qui rêve d’amour

Mais je suis une femme, qui a survécu ton épreuve

Et lui, c’est un homme qui a besoin de toi.

Maria Thunholm

Paris, samedi 12 novembre 2011

Publicités