Mots-clefs

, , , , ,

Malgré la démocratie l’homme reste assez primitif, il a créé une technologie à un prix élevé, la disparation des espèces menacées mène également à la disparation de l’homme. Mais l’homme veut à tout prix s’évoluer, devenir le maître du monde, du règne animal.

Nous avons créé la démocratie, une idée venant de Grèce antique, mais le droit de vote a un longtemps été un privilège pour les hommes, de la moitié de la population humaine, mais même entre les hommes régna l’injustice, car les pauvres n’avaient pas le droit de vote, mais cela se changea et commença par le socialisme, même si le socialisme s’est déformé avec le temps et les autres voudraient dire que c’était grâce à eux que la totalité de la population a droit de voter. Les femmes pouvaient voter en 1918 en Norvège, 1921 en Suède, 1949 en France etc.  Je n’ai pas les dates exactes.

L’homme et la femme sont différents, mais en même temps assez ressemblants, une seule espèce, deux sexes qui sont favorables pour une future génération plus forte et mieux adaptée. La différence entre les deux sexes est une richesse pour l’humanité entière. Mais pourtant, nous oublions souvent que nous avons la même valeur humaine malgré nos différences physique, il pourrait s‘agir de la couleur de la peau.

Nos ancêtres se sont battus pour que nous ayons une meilleure vie qu’eux. Mais est la vie de notre quotidien meilleure ? Au lieu de discuter, nous y disputons et la guerre est toujours une actualité. Nous avons tous des différentes opinions et c’est pourtant normal d’avoir des différents avis.

Il y eut une élection présidentielle et le pire s’est démontré, les scandales présumés, je ne sais pas s’il s’agissait des mensonges ou pas, mais le débat n’était pas beaucoup sur les sujets des campagnes menées par les candidats à la présidentielle. La gauche parle mal de la droite et vice versa…

Nous vivons dans une société moderne où un débat devrait être simple et vraiment traiter les sujets concernant le débat. Mais l’homme primitif se montre et cela me semble anormal que nous ne pouvons même pas tenir un bon ton pendant un débat ou une élection. Pour respecter l’autre faut-il se respecter.

J’ai changé de camp, mais je respecte toujours ceux qui ont une autre opinion que moi, mais j’ai engueulé sur un socialiste qui se moquait de moi, mais bon, là j’étais fatigué. J’ai comme félicité cet homme pour la victoire de la gauche.

Publicités