Mots-clefs

, , , , , ,

Chapitre 10

Une lettre de menace

Marie se rendit à son chalet en passant par le bureau de poste, elle y avait une boîte à lettres, regardait les enveloppes, rien de particulier, ses factures furent payées par des prélèvements, mais une lettre sans adresse, juste son nom, attirait son attention. Elle ouvra l’enveloppe blanche et trouvât une lettre sans signature.

Madame,

On est au courant que vous avez des photos sur nous et que vous avez parlé à la police, le Stockholmois. Vous ne les donnerez pas au commissaire, sinon vous disparaissez.

Effacer les images si la vie vous est chère ! Ne les publiez pas !

Marie fut immobile à l’entrée et un homme souhaitait passer, il tentait de parler à Marie, qui ne répondit qu’au moment où l’homme tapait légèrement sur les épaules de Marie. Elle sautait et se tournait avec un regard plein de peur, l’homme recula en parlant à mi-voix. – Calmez-vous, je voudrais juste vous dépasser.

Marie trembla, mais elle regarda l’homme qui semblait être peureux, comme il l’ait faite du mal, elle parla avec inquiétude. – Pardon, mais c’est la lettre, passez.

L’homme commença à la passer, mais il s’arrêta en s’inquiétant. – Comment allez-vous ? Vous allez bien ?

Marie sourit. – Je vais bien, merci !

Il sourit, mais il ne la crut pas. – D’accord, bonne soirée !

Marie le regarda. – Bonsoir…

Marie s’asseyait dans sa Volkswagen Golf et appelait Mattias Jönsson qui répondit après trois secondes. Elle lui parla de la lettre et Mattias qui était au volant s’arrêtait sur le bord de la route. Il reprit la parole avec inquiétude. – C’est grave, très grave ! Il y a quelques heures de notre seule et unique rencontre, c’est forcément l’un de mes collègues qui est impliqué. Mais je ne vous le force pas à m’aider.

Marie secoua sa tête comme Mattias pouvait la voir. – Mais le dé est jeté, je n’en renonce pas.

– Très bien, ils devraient deviner qu’il s’agit des photos, ils savent que vous êtes photographe. Par contre je vous déconseille de rentrer chez vous, vous avez dit que vous avez un chalet dans les montagnes.

Marie réfléchit et se décidât d’appeler Jan, mais elle partait pour son chalet en cherchant les affaires les plus importantes avant d’aller chez Jan et Martin. Mattias semblait être sincère, elle avait probablement trouvé ce qu’elle cherchait, un soutien d’un policier.

Trente minutes plus tard en arrivant à son chalet, elle vérifia si quelqu’un avait passé, il n’y eut aucune trace, mais elle avait décidé avec Jan de s’installer chez lui. Elle avait faim et préparait un plat des pâtes à la bolognaise aux champignons. Elle regardait souvent si une voiture s’approchait de son chalet. Après avoir mangé vit-elle une voiture s’approcher, un quatre-quatre, un homme au volant, puis elle se rendit compte que c’était John.

Publicités