Étiquettes

, , , , , , , ,

Derrière la FEMIS, une école de cinéma, 18e arrondissement de Paris. Rue de Cyrano de Bergerac, dimanche 28 avril 2013

Parfois je me demande « à quoi pense-t-il ? » en regardant les sculptures, il s’agit surtout d’art, mais lequel ? Auquel je pense l’art est porteur d’un message, mais je me demande comme même pourquoi le bas d’un mannequin porte la tête et apparemment une main masculine qui cherche à couvrir le « sexe ».

Je vois un art provoquant, l’oppression des femmes, c’est comme l’auteur voulait nous dire qu’il est temps de changer d’idées sur la femme en nous montrant comment la société traite la femme. Mais nous sommes tous prisonniers du modèle de la société moderne, peu importe le sexe.

Un garçon qui pleure à la crèche ne sera probablement pas consolé, un adulte va lui dire qu’il est grand et qu’un homme ne pleure pas. Quant à la fille qui pleure un adulte la consolera jusqu’à la fin de ses larmes. Comme pleurer était un acte typiquement féminin. Il s’agit d’une étude suédoise qui a montré ce résultat. Mais je ne suis pas d’accord, quand on est attristé et a besoin de consolidation, que fait-on ? On pleure et cela n’a rien à voir avec le sexe, c’est une réaction normale et il ne faut pas empêcher un garçon qui est triste de pleurer. Que fait un homme qui perd un de ses proches ? Il pleure et c’est nécessaire de laisser ses émotions sortir en temps de deuil.

Mais une femme est automatiquement une bonne mère dans le regard de la société, mais il faut cesser de placer la femme à ce piédestal-là, une femme n’est toutes les femmes qu’au regard de la société. Comme un homme ne peut jamais être tous les hommes. Chacun d’entre nous est un individu et il y a plus d’influences dans une identité que le sexe. Le sexe est ainsi un modèle créé par la société moderne.

Donc quelle signification a cet art, voir la photo au-dessus, pour l’auteur ? Et qu’est-ce qu’il voulait nous dire ?

Publicités