Mots-clefs

, , ,

C’est quoi le féminisme ?

Simone de Beauvoir n’était pas le féminisme, juste une féministe, le mouvement féministe est nécessaire, mais sans les extrémistes. L’égalité entre les femmes et hommes est le but de nombreuses personnes, mais parfois il y a de féministes qui devraient cesser de s’appeler féministes, car elles commencent à haire les hommes et les accuser pour tout le mal qu’une femme puisse subir dans sa vie. Donc pour moi ces personnes-là ne sont pas féministes.

Le féminisme pour moi est d’établir une véritable égalité entre les deux sexes, c’est-à-dire que les hommes opposés devraient être soutenus par le mouvement, car je vois que les hommes sont souvent victimes d’un harcèlement, même de la nature sexuelle et il faut oser dire non même quand un homme est harcelé. Même si la statistique montre que les femmes sont à priori les victimes du harcèlement sexuel, il ne faut pas oublier les hommes.

Oui, je suis d’accord avec Simone de Beauvoir, « On ne naît pas femme : on le devient », il existe des rôles sociaux que les femmes, mêmes les hommes, doivent subir, mais ces rôles-là sont aussi liés aux différentes cultures. Je vois d’abord le faîte que l’individu est souvent oublié dans le débat et que les femmes sont « victimes » par le sexe, au moins le contexte chez les féministes suédois est en ce moment celui-là. Il faut arrêter d’appeler les femmes « victimes du patriarcat », car on n’est pas automatiquement victime parce qu’on est femme. Mais il faut bien critiquer le système patriarcal et en même temps encourager les femmes à demander ses droits.

La définition du féminisme est :

Donc être féministe n’est pas du tout de haire le sexe masculin, mais je crois que certaines féministes veulent un peu trop en réalité et en accusent les hommes au lieu de critiquer le système patriarcal. Ou bref, elles oublient qu’il y a des hommes qui souffrent dans la société moderne. En accusant les hommes on ne rend plus service au mouvement féministe, on fait fuir les hommes qui souhaitent joindre les féministes, elles condamnent les hommes à un rôle de victime de la société, la vengeance ne mène à rien d’autre que la colère de toute façon, il nous faut un véritable dialogue et en plus inviter les hommes à participer.

Publicités